traversee



Née de la rencontre d'une marionnettiste, Mélanie Mazoyer, et d'une chorégraphe, Edwine Fournier, La Traversée des faux plis modèle " à travers les explorations de chaque matière étendue, comme des masques à l’échelle du corps, une danse porteuse de ce qui se cristallise à l’abri des replis du linge : les faux plis,le passé, les histoires et les espoirs de chacun."

Inspiré du maître-livre de l'ethnologue Yvonne Verdier Façons de dire, Façons de faire. La laveuse,  la couturière, la cuisinière, (Gallimard, 1979), le spectacle est construit autour d'un immense étendoir à linge, "deux femmes au bord de la rivière du quotidien, brassant, lavant, essorant tous ces petits coins de vie qui se glissent entre les plis. Deux femmes sur les montagnes de plis cherchant le juste repli ; jusqu’à se laisser déployer par les vagues de l’âme. Deux femmes sur l’échelle d’une journée, d’une vie. La femme du dehors, du quotidien et de ses petites manies ; celle du dedans et de ses insomnies».

Les costumes sont de Manon Gignoux, qui connaît comme nulle autre les secrets du linge.



Représentations le 15 mai et le 16 mai au théâtre de la Cité internationale, à Paris,
dans le cadre de la septième édition des  Scènes ouvertes  à l'insolite.