Eisbergfreistadt est le nouveau projet de Richard Selesnick et Nicolas Kahn  dont je viens de découvrir l'œuvre fascinante et foisonnante, fondée sur un mélange de photographies panoramiques et de techniques narratives très raffinées, ancrées dans la peinture du Quattrocento.

Ils  s'inspirent ici, selon leurs mots, d" un incident réel, qui eut lieu en 1923 à Lubeck. Un iceberg géant vint se loger dans le port de la ville, semant la terreur parmi la population. Beaucoup pensèrent alors (d'une manière qui n'a rien d'irraisonnable) que la calotte polaire avait fondu et que l'apocalypse s'annonçait. Cet événement fut à l'origine de lugubres complaintes de bar et d'histoires d'horreur de quatre sous (penny dreadfuls) et même d'un jeu de cartes.

jeu_de_cartes_petit

Eiscards2

"En ces temps d'inflation galopante, du notgeld fut même émis pour la Eisbergfreistadt. Des manifestes furent publiés et des affiches énumérant les idéaux du nouvel Etat ainsi que les droits et les devoirs des citoyens furent placardées partout. Des produits tels que du beurre, du lard, du chocolat (d'une qualité d'ailleurs surprenante) commencèrent d'être mis envente avec l'emblème de la principauté. Bien que sa création est avérée, on ne sait cependant pas clairement dans quelle mesure elle a existé".

notegeldp

Mais ce qui est sûr, c'est que Lubeck fut l'une des premières villes allemandes à être bombardée pendant la seconde guerre mondiale et qu'elle est aujourd'hui menacée d'inondation par la fonte des calottes glaciaires.