mary_nuage




miss_mary_orsay







chemin



                           


Tout au long de sa vie, Heinrich Kühn (1866-1944) poursuivit  le rêve de la perfection formelle, métamorphosant son univers quotidien en tableaux, à travers pinceaux et pigments des tirages à la gomme bichromatée, lentilles floues, papiers texturés, couleurs des autochromes et cadrages audacieux. Il fit de ses quatre enfants, Hans, Walther, Edeltrude et Lotte, et  de leur gouvernante anglaise Mary Warner, qui fut aussi sa maîtresse,  les principaux motifs de ses photographies, les soumettant à d'interminables séances de pose,  vêtus d'habits spécialement taillés pour mieux capter la lumière, dans le style Biedermeier. 

Né dans une riche famille autrichienne, il abandonna ses études de médecine pour se consacrer à la maîtrise des différents procédés photographiques, chimiques et optiques, et devint un maître du pictorialisme, frayant avec le mouvement sécessionniste et les animateurs de Camera Work, Stieglitz au premier chef.
Son œuvre fut exposée à de multiples reprises entre 1895 et 1915 , jusqu'à New York, mais il se retira progressivement de la vie publique pour se fixer à la campagne, dans les  Alpes,  avec sa famille,  volontairement éloigné des nouveaux courants photographiques.

Deux expositions majeures, à l' Albertina de Vienne et au musée de l'Orangerie à Paris, ont contribué cette année à faire sortir ses photos du purgatoire.






enfants_kuhn2

verres_et_carafe

 







Au Musée de l'Orangerie, jusqu'au 24 janvier

Miss Mary et Lotte en haut de la colline, vers 1910, Metropolitan museum ;Miss Mary Warner, vers 1910, musée d'Orsay ; crépuscule, 1896, Albertina ; les enfants Kuhn, Tyrol, 1907, Lee Gallery ; nature morte, verres et carafe, musée d'Orsay