rue





"J'ai vécu l'Istanbul de mon enfance comme un lieu en deux teintes, à moitié obscur, couleur de plomb, dans le style des photographies en noir et blanc ; c'est ainsi qu'il m'en souvient. [...]

"En hiver, dans la pénombre du soir précoce, les teintes noir et blanc des gens qui rentrent chez eux à pas précipités me procurent le sentiment que j'appartiens à cette ville et que je partage quelque chose avec eux. Et j'ai l'impression que l'obscurité de la nuit va recouvrir le dénuement de la ville, des rues et des objets et que, en inspirant et en expirant à l'intérieur des maisons, dans les chambres et sur les lits, nous allons tous nous retrouver confrontés aux rêves et aux illusions issus de l'ancienne richesse d'Istanbul désormais bien lointaine et de ses bâtisseurs et légendes perdues."

Orhan Pamuk. Istanbul, souvenirs d'une ville. Ch. V,  "Noir et blanc". Gallimard 2007





pont_de_galata





galata2
















Exposition Ara Güler : Lost Istanbul, 1950-1960 (un peu maigrichonne eu égard aux immenses archives conservées au-dessus du Café Ara) à la Maison européenne de la photographie jusqu'au 11 octobre

Riche portfolio publié par  Milliyet ici

pour feuilleter le livre d'Ara Güler et Orhan Pamuk publié aux éditions du Pacifique