mardi 18 mai 2010

Davantage que le présent

Éclats de Valery Lorenzo "Un instant survient qui exprime le suc de mille et un instants semblables, il pénètre dans la caverne du passé et des milliers d'instants sombres, figés, qui le composent, toute la lumière jaillit : ce qui n'a jamais été là, ne s'est jamais donné, maintenant est là, maintenant se donne, est le présent, davantage que le présent ; ce qui n'a jamais été réuni, maintenant cohabite, est ensemble, fond l'un dans l'autre l'ardeur, l'éclat et la vie. " Hugo von Hoffmannsthal. ... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 30 mars 2010

The Lady Vanishes

Comme certains d'entre vous, j'utilise bloglines pour mettre en mémoire mes blogs favoris et mes billets préférés, dans un rassurant ordre chronologique. L'autre jour, j'ai toutefois eu l'impression profondément troublante que cette femme à demi-cachée, trouvée parmi les trésors d'Éva Truffaut et archivée en bonne et due forme, avait purement et simplement disparu, ne laissant que cette scène vide : C'est alors que, contre toute raison,  je l'ai cherchée  avec véhémence dans les pages de  365 blanc et... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 5 janvier 2010

Imaginarium

<L'imaginarium du Docteur Parnassus : théâtre sans fond, caravane à secrets, roulotte errante. Pour soulever un coin de son rideau, rendez vous ici. Pour admirer les superpositions de robes afghanes, kimonos anciens et pantalons chinois de Valentina-Lily Cole, regardez ceci. Le générique  de  Brandt Animation est un merveilleux hommage aux théâtres de papier.
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 3 septembre 2009

Westhill School

Il faut quitter la rue principale de C., village du  comté de Washington dans le Vermont, passer un petit pont,  dépasser un groupe d'hommes tatoués au regard hagard, s'engager sur la route poudroyante de la colline bordée de maisons de bois délabrées. Le sommet atteint, juste après la boîte aux lettres en forme de vache de Rose et Walt, éleveurs de dindes, la route redescend en pente douce vers un bois : un tout petit bâtiment blanc jouxte un invraisemblable amoncellement de ferrailles et de vieux meubles dont... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 14 décembre 2007

Souvenir de la guerre froide

"Berlin bleibt doch Berlin" : titre d'une chanson de Marlène Dietrich, détourné pour montrer que le Mur n'empêchait pas la ville de persévérer dans son être. Cette boule de neige, je l'ai rapportée de mon premier séjour à Berlin,  presque encore enfant au début des années 80. Nous avions d'abord fait un long voyage en train, où l'on nous avait recommandé de ne surtout  faire aucun signe aux personnes que nous voyions par la fenêtre. Et c'était étreints par l'angoisse que nous les contemplions derrière... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 12:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 10 septembre 2007

Rideau couleur de temps

Le Palazzo Fortuny pavoisé de  l' époustouflant rideau métallique d' El Anatsui ? Merci à Ijm, double merci.
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 18 juillet 2007

Stravagante

Giovanni Paolo Schor. Lit de parade pour  Marie Mancini, princesse Colonna, 1663,estampe conservée à la BNF "A la fin de quarante jours, que je relevais de mes couches, il falloit me disposer à recevoir visite du sacré collège, des princesses et d'autres dames de la ville et, pour le pouvoir faire avec toutes les formalités requises, je me mis dans un lit qu'on m'avait préparé pour les premières couches, et qui me servit cette fois-là, et dont la nouveauté, aussi bien que la magnificence causa une admiration... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 1 mars 2007

Rideau

Le Prince Florizel m'octroie quelques jours de congés. A bientôt.... "The autumn leaves were falling. The porter opened the great gates. ‘Morning, James,’ she said, ‘there’re some things in the car. Will you bring ‘em in?’ words of no beauty, interest, or significance themselves, it will be conceded, but now so plumped out with meaning that they fell like ripe nuts from a tree, and proved that when the shrivelled skin of the ordinary is stuffed out with meaning it satisfies the senses amazingly. This was true... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 12:02 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,