vendredi 31 mai 2013

Anderseniana

                    Dans Histoire vraie de ma vie, Hans Christian Andersen rapporte que son enfance rêveuse et solitaire de petit garçon pauvre a été illuminée par deux plaisirs : la confection d'habits pour les poupées du théâtre miniature que son père, "homme à l'esprit poétique", lui avait construit et les après-midis qu'il passait dans la minuscule cour de sa maison sous la tente de fortune qu'il installait en tendant l'un des tabliers d'un blanc immaculé de sa mère... [Lire la suite]

jeudi 23 décembre 2010

Glace

"Kay était épouvanté, il voulait dire sa prière et seule sa table de multiplication lui venait à l'esprit. Les flocons de neige devenaient de plus en plus grands, à la fin on eût dit de véritables maisons blanches ; le grand traîneau fit un écart puis s'arrêta et la personne qui le conduisait se leva, son manteau et son bonnet n'étaient faits que de neige et elle était une dame si grande et si mince, étincelante : la Reine des Neiges. - Nous en avons fait du chemin, dit-elle, mais tu es glacé, viens dans ma peau d'ours.... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 00:02 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 2 janvier 2008

La corde

Hans-Christian Andersen vivait entouré de mille terreurs ( d'être volé, de perdre son passeport, de manquer d'argent, d'être victime d'une épidémie, etc ) et,  au cours de ses très nombreux voyages, emportait toujours une corde dans sa valise afin de pouvoir s'échapper de sa chambre d'hôtel en cas d'incendie. Une photo issue du  spectacle de Robert LepageProjet  Andersen avec l'admirable Yves Jacques.
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 29 décembre 2006

Reine des Neiges

" Les murs du château étaient faits de neige pulvérisée, les fenêtres et les portes de vents coupants, il y avait plus de cent salles formées par des tourbillons de neige. La plus grande s'étendait sur plusieurs lieues, toutes étaient  éclairées de magnifiques aurores boréales, elles étaient  grandes, vides, glacialement froides et étincelantes. Aucune gaieté ici, pas le plus petit bal d'ours où le vent aurait pu souffler et les ours blancs marcher sur leurs pattes de derrière en prenant des airs distingués. Pas... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 14:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 19 septembre 2006

Princesse au petit pois

"Le matin, on lui demanda comment elle avait dormi. - Oh , terriblement mal, dit la princesse.  Je n'ai presque pas fermé l'oeil de toute la nuit ! Dieu sait ce qu'il y avait dans ce lit ?  J'ai couché sur quelque chose de dur, et j'en ai le corps tout brun et bleu. C'est terrible !Alors on put voir que c'était une vraie princesse puisqu'elle avait senti le petit pois à travers les vingt matelas et les vingt couettes de plumes. Seule une vraie princesse pouvait avoir la peau si délicate. Le prince la prit donc... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 23:18 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,