lundi 18 juin 2007

Roses

John Rawlings. Vogue, juin 1952.
Posté par florizelle à 00:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 18 juin 2007

Garamond

Specimen Egelnoff-Brener (1592) Les grecs de Garamond, matrice  de l'Imprimerie nationale,photo issue du site Garamonpatrimoine, association de défense de l'art typographique. Voir aussi la magnifique visite proposée par Michael Levy, notamment au cabinet des poinçons. Les lettres d'imprimerie ont pour nous une telle force d'évidence qu'on en oublie presque quels trésors d'ingéniosité durent déployer leurs inventeurs, imprimeurs humanistes et tailleurs de caractères, pour passer de l'écriture manuscrite à la fixation... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 15 juin 2007

Un émoi parmi les pommes

Cinq des douze pochoirs de Georges Lepape publiés en 1912 dans Modes et Manières d'Aujourd'hui pour mettre en scène les robes de Poiret. Certaines sont aujourd'hui visibles au Metropolitan dans le cadre de la belle exposition Poiret : King of Fashion dont les pièces sont en grande partie issues de la dispersion de la collection de Denise Poiret par l'étude Piasa  le 10 et 11 mai 2005. Et puis ces merveilleuses Cerises de la Gazette du Bon Ton
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 14 juin 2007

Sang jaune, sang bleu, sang ocre

"Tout étant singulier et inattendu chez l'homme de génie qui nous occupe, on remarque aussitôt qui si Vermeer nous fait songer au sang, il n'emploie cependant que rarement les couleurs rouges. Mais le sang est évoqué ici non par sa nuance mais par sa substance. Cela sera, si l'on veut, puisqu'il s'agit d'un nécromant, un sang jaune, un sang bleu, un sang ocre. Cette pesanteur, cette épaisseur, cette lenteur de la matière, dans les tableaux de Vermeer, cette dramatique compacité, cette cruelle profondeur du ton (même quand ce ton... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 13 juin 2007

Les délices d'amour

Comment dessines-tu ? de Yoko Yamamoto La vision enchantée qu'ont les Japonais de notre vie quotidienne est toujours une profonde réjouissance pour les indigènes que nous sommes. On en mangerait presque du Caprice des Dieux.   Merci à KC
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 12 juin 2007

Rituels du matin

Quand les rituels du matin (se lever, se raser, griller du bacon, se faire un œuf au plat, presser une orange, se nettoyer les dents, lacer ses chaussures, mettre son tee-shirt) se transforment en autant de gestes criminels (lacération, strangulation, perforation, éviscération) et que l'écorce d'une orange vous paraît étrangement similaire au grain de la peau humaine, vous êtes devant le générique de Dexter.   Dexter Morgan, un expert de la police scientifique de Miami d'autant plus habile à  reconstituer... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 07:02 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,

lundi 11 juin 2007

Le secret des fougères

Das Geheimnis der Farne, sous le firmament du Grand Palais  parmi les maisons  installées par Anselm Kiefer pour Chute d'Etoiles Monumenta 2007
Posté par florizelle à 00:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 8 juin 2007

Lignes et cercles

 
Posté par florizelle à 20:02 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 8 juin 2007

Voir d'en haut

"Etre élevé au sommet du World Trade Center, c'est être enlevé à l'emprise de la ville. Le corps n'est plus enlacé par les rues qui le tournent et le retournent selon une loi anonyme ; ni possédé, joueur ou joué, par la rumeur de tant de différences et par la nervosité du trafic new-yorkais. Celui qui monte là-haut sort de la masse qui emporte et brasse en elle-même toute identité d'auteurs ou de spectateurs. Icare au-dessus de ces eaux, il peut ignorer les ruses de Dédale en des labyrinthes mobiles et sans fin. Son... [Lire la suite]
Posté par florizelle à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 8 juin 2007

Crépuscule

Ceux qui comme moi viennent pour la première fois à New-York ne voient que le plein. Les habitants et les familiers de la ville ne voient que le vide dans ce panorama orphelin. Tragique exercice de Gestalt. Pour Ijm, amitiés du 45e étage
Posté par florizelle à 19:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]