bulles2_rivane_neuenschwander




Pina Bausch, enfant, cachée sous les tables du café de ses parents afin de capter des bribes des conversations des  adultes.

"Il y avait tant de gens et il se passait tant de choses étranges"

°°°°°°°°°°°°°°°°°





bulles3_rivane_neuenschwander




"Elle avait vite compris que dans sa situation - celle d'une jeune femme en cage pour la vie derrière la grille d'un guichet comme un cobaye ou une pie - elle connaîtrait beaucoup de gens sans être connue d'eux. Il suffisait qu'entrât à la poste quelqu'un qu'elle "connaissait du dehors" comme elle disait pour que son cœur se mit à battre et bien qu'un pareil événement fut singulièrement rare, et ses conséquences des plus restreintes il relevait un peu la médiocrité de sa tâche. Cette tâche consistait à rester assise en compagnie de deux jeunes gens, l'un second télégraphiste et l'autre caissier, à s'occuper du télégraphe qui sonnait sans arrêt, à distribuer des timbres et des mandats, peser les lettres, répondre à des questions ineptes, rendre une monnaie que souvent elle n'avait pas, et surtout à compter des mots innombrables comme des grains de sable".

[...]

Marguerite. Regent Street. Essayage six heures. Pure dentelle espagnole. Perles. Robe longue. Tel était le premier télégramme, il n'était pas signé.

Lady Agnes Orme. Hyde Park Place. Impossible ce soir, dîner Haddon. Opéra demain, promis à Fritz, mais pourrais théâtre vendredi. Essaierai Haddon pour le Savoy et tout ce que vous si voudrez si vous pouvez avoir Gussy. Dimanche, Montenero. Pose Mason, lundi, mardi. Marguerite épouvantable. Cissy. Tel était le deuxième.

Le troisième, la jeune fille le remarqua, était rédigé sur un formulaire pour l'étranger : Everard, Hôtel Brighton, Paris. Contentez-vous comprendre et croire. 22 au 26 et certainement 8 et 9. Peut-être plus. Venez. Mary.

Parfois la jeune fille allait trop loin dans ses interprétations, elle y mettait trop d'elle-même ; parfois, elle n'allait pas assez loin ; mais dans les deux cas, elle s'en apercevait souvent  plus tard, car elle était extraordinairement douée pour démêler les indices.

[...]

Elle eut le sentiment aigu que tout lui échappait, les lacunes, les blancs, les réponses manquantes auxquelles elle avait dû suppléer : l'obscurité était totale maintenant, à l'exception de cette petite flamme rougeoyante dont son esprit s'empara."




In the Cage. Henry James.

Dans la cage, tr. Diane de Margerie et François-Xavier Jaujard. Stock

Dessins de Rivane Neuenschwander. MoMA