prentissgrolierclouse



peacockcoal



 

gailax





franklintype




L'Artistic printing est un mouvement  typographique apparu aux États-unis vers 1870, jusqu'alors ignoré  de l'historiographie ou simplement méprisé, et presque totalement méconnu en Europe. C'est à sa réhabilitation que se sont consacrés Angela Voulangas et Doug Clouse dans  un livre aussi beau que passionnant, The Handy Book of Artistic Printing, alternant analyses historiques, étude de spécimens et compilations de polices.

Ce style décoratif élégant, caractérisé par des fontes ornées, des compositions inhabituelles et des embellissements biscornus a d'abord été permis par des progrès techniques comme la mise au point de nouvelles encres plus brillantes et colorées,  au séchage plus rapide, après une quasi-domination du monochrome,  ou encore par le passage de la  fabrication manuelle à la fabrication mécanique des caractères d'imprimerie. Dans un contexte de développement économique intense de l'industrie et du commerce, il s'est aussi nourri de la compétition acharnée entre lithographes, graveurs et imprimeurs autour de tous les débouchés possibles (cartes de visite, papeterie commerciale, étiquettes, factures, programmes, affiches, catalogues, publicités). Il en est venu jusqu'à incarner une certaine conception de la liberté américaine, opposant l'artisan capable de créer par lui-même  à une Europe engluée dans les goûts et les traditions de sociétés hiérarchisées  anciennes. Assez vite, toutefois, il a sombré dans un tel degré de complexité qu'il est devenu illisible (certaines compositions étaient si tarabiscotées qu'il fallait les sceller dans le plâtre pour les conserver). Dès le début du XXe siècle, il était déjà tombé dans une obscure disgrâce.

Le plus étonnant toutefois est qu'il apparaisse à nos yeux comme totalement neuf, presque faux, fantasmagorie ressemblant à l'ancien mais créée de toutes pièces.





rosette








Toutes les images, sauf la dernière,  sont issues de

la magnifique collection de Dick Sheaff


Merci à KC