couverture




Dans Meurtre en miniature, de Floc'h et Rivière,  deux petites filles, princesses de leur état, Elizabeth et Margaret, font vivre  une histoire policière écrite pour elles dans un livre minuscule, qui peut se loger dans la bibliothèque miniature de leur maison de poupées.

vue_g_n_rale
d_m_nagement1924


Cette maison de poupée n'est autre que celle offerte à la reine Mary, à l'initiative de la cousine de son mari George V :  élaborée avec la plus grande minutie par le célèbre architecte Edwin Lutyens, elle réclama l'aide de mille cinq cents des meilleurs artisans du royaume. La Queen Mary's Dolls' House est aujourd'hui exposée au château de Windsor.


coupe

daynursery

butlerpantry

biblioth_que

The Royal Collection. c  Her Majesty Queen Elizabeth II

Dans la bibliothèque, des ouvrages de Thomas Hardy, JM Barrie, GK Chesterton, Rudyard Kipling,  Robert Bridges ou Hilaire Belloc.
Chaque livre est un véritable livre miniature, certains ont même été manuscrits par leur auteur.




L'obsession reconstitutive à l'origine  des maisons de poupées a partie liée avec le travail policier et sa quête de l'infime détail. La maison de poupée fut d'ailleurs  utilisée comme instrument opératoire de recherche criminologique par la merveilleuse Frances Glessner Lee (1872-1962). Américaine de la bonne société entravée dans ses études par son père, confinée dans le rôle de maîtresse de maison,  fascinée par un camarade de son frère, célèbre criminologue, elle se lança à cinquante ans passés dans sa passion, la médecine légale, en la conciliant avec le monde domestique qui était son univers : elle se fit une spécialité de la reconstitution de crimes à l'échelle de pièces miniatures, études rassemblées sous le titre de Nutshell Studies of Unexplained Death dont l'efficacité fit l'admiration de tous les professionnels. Ses dioramas ont été  photographiés par Corinne May Botz.
(Merci à La main gauche pour cette déccouverte).

 

 

poup_emortelitb_b_

coiffeuseattic_letters_

Courtesy Corinne May Botz