hanoi_offrande_arbre


A Hanoi, non loin de la cathédrale, je remarque ces offrandes fichées dans les racines d'un arbre. Je m'approche et aperçois plusieurs petites boulettes de papiers cachées dans les profondeurs du végétal : des vœux pieusement déposés.  Mais j'ai trop vu 2046, il ne s'agit en fait que d'emballages alimentaires malicieusement roulés. D'où vient qu'à l'étranger, chaque détail nous paraisse saturé de significations "culturelles" au point de réduire presque à néant la part du hasard et  des coïncidences ?

Cette tendance que nous avons à enfermer les autres dans ce que nous supposons être leur culture me rappelle cette magnifique histoire - l'une de mes préférées - racontée à plusieurs occasions par le grand biologiste Ernst Mayr, mort centenaire en 2005.  Parti en 1928 en expédition pour étudier la faune et la flore dans les montagnes Arfak, en Nouvelle-Guinée, il croit saisir l'occasion parfaite de collecter quelques mythes en voyant sur son agenda qu'une eclipse de lune va bientôt se produire.  Le jour dit,  alors que la lune se couvre de plus en plus et que le ciel s'obscurcit, il demande avec insistance aux indigènes quelles croyances sont liées à ce phénomène et quelles causes ils lui assignent. Pas de réponse : ils vaquent à leurs occupations. Il renouvelle alors avec toujours plus d'excitation ses questions quand tout d'un coup, l'un des hommes lui tape sur l'épaule de manière paternelle et lui dit d'un ton rassurant : "Ne t'inquiète pas, maître, tout redeviendra clair très bientôt". (cf numéro de février 1932 de Natural History : "A Tenderfoot Explorer in New-Guinea")

hanoi_caniveau


hanoi_caniveau_2