"Dans les dernières décennies du XIXe siècle, l'occultisme est agité par un débat opposant les adeptes du spiritisme à ceux de l'animisme. Les premiers sont persuadés que les phénomènes occultes trouvent leur origine dans l'au-delà, tandis que les seconds considèrent qu'ils résultent du pouvoir des médiums. Cette opposition favorise l'émergence d'une deuxième catégorie iconographique, après celle des esprits : la photographie des fluides. Celle-ci consiste à fixer, sans appareil, sur la seule plaque sensible, les fluides émanant du médium : la force vitale, l'âme, mais aussi les pensées, les émotions, ou les rêves. S'il est possible de faire remonter ce type d'expériences au début des années 1860, c'est surtout au tournant du siècle que la photographie fluidique se développe en se revendiquant de la légitimité scientifique des recherches sur les rayonnements : la radioactivité et les rayons X. En France, certains opérateurs tentent ainsi de photographier leur énergie vitale ou leurs pensées en apposant simplement sur la plaque sensible leurs doigts ou leur front. Malgré les multiples réfutations d'experts, démontrant que les traces obtenues ainsi ne sont en fait que des artefacts photographiques dus aux conditions mêmes de l'expérience, ces tentatives pour enregistrer le fluide humain perdurent tout au long du XXe siècle. "

cf Le troisième œil, la photographie  et l'occulte. Exposition à la Maison européenne de la photographie. novembre 2004-février 2005 et au  Metropolitan Museum of Art.

 

Medium_Stanislawa_11913

Le médium Stanislawa P. face à un phénomène de matérialisation, vers 1913
Institut für Grenzgebiete der Psychologie und Psychohygiene e.V, Freiburg

© Albert von Schrenck-Notzing

Dans le même temps, au tournant du siècle, plus précisément entre 1899 et 1901, Etienne-Jules Marey lance avec une redoutable ingéniosité une série d'expériences scientifiques sur les volutes de fumée : traînes, sillages, expansions, danses changeantes rendent désormais perceptible, avec la capture du mouvement de l'air, un nouvel univers de formes. C'est ainsi qu'il peut saisir le fluide deplacé par un battement d'aile d'oiseau, après avoir fixé quelques années auparavant, grâce à son fusil photographique, le mouvement lui-même de l'aile.

 

 

ej_marey_fum_e_triangle ej_marey_fum_e

Etienne-Jules Marey. Images obtenues grâce à une soufflerie aérodynamique. vers 1900