Cette "carte figurative des pertes successives en hommes de l'armée française pendant la campagne de Russie 1812-1813" que l'ingénieur des ponts et chaussées Charles Joseph Minard élabora en 1869 est l'un des graphiques les plus raffinés jamais élaboré avant l'informatique.  Il synthétise pas moins de six données. Sur une carte de Russie, munie de repères chronologiques, la grande bande rose indique la taille de l'armée française, forte de422 000 hommes à l'origine et réduite à 100 000 hommes à son arrivée à Moscou. La bande noire inférieure figure les pertes successives lors de la retraite où l'armée finit à 10 000 hommes. Les lignes verticales renvoient à une échelle de températures avec les records de froid atteint pendant l'hiver (- 30 degrés le 6 Xbre).  Une vertigineuse ingéniosité !


 

Minard_carte_figurative

Cliquez pour agrandir


Extrait des papiers du Capitaine de la Grande Armée, Jean-Baptiste Villeminot :

Noms des villes et des villages
où j’ai passé à la retraite de Russie

  • Le 18 octobre 1812, à 7 heures du matin, à la Saskowa, grand houra.
  • Le 19 et le 20, à Wornowo et devant le château de M. Rotopschin, gouverneur de Moskou.
  • Le 21, à Formineskoé, où j’ai appris par un officier italien la révolution qui avait eu lieu à Paris.
  • Le 22, à Borovsk, sur la Protwa (rivière), ville aux oignons.
  • Le 23 et 24, près de Malojaroslavetz. Grande bataille par le corps italien.
  • Le 25, à 7 lieu[es] de Kaluka.
  • Le 26, à Ouvarovskoé, en pleine retraite.
  • Le 27, à Alferewa, petite ville qui a été entièrement brûlée. .
  • Le 28, à Mitiaewa.
  • Le 29, à Ouspeuskoué, où j’ai perdu mon dernier cheval.
  • Le 30, à Prokorefo, Guillemot a eu son porte-manteau de volé.
  • Le 31, à Giot, un très jolie ville (toute brûlé[e]).
  • Le 1er novembre, à Velistschewo, (grand froid et grande neige).
  • Le 2, à Foederowskoé, sans pain ni viande et couché en plaine.
  • Le 3, à Wiasma, très jolie ville où il y avait de très jolis édifices, mais tout a été brûlé.
  • Le 4, à Roulkeki. .
  • Le 5 et 6, Jalkow, rien...
  • Le 7, à Zazelé, dans les bois, je me suis couché dans mon manteau, à mon réveil j’avais au moins six pouces de neige sur moi et je ne me suis pas ressenti du froid.
  • Le 8, à Stoboda.
  • Le 9, dans les bois.
  • Le 10, soi-disant à Doukovchtchina.
  • Le 11, à Wolodemerowa où j’ai eu environ un quart de livre de pain pour 6 francs, que nous avons partagé à quatre personnes; il y a neuf jours que je n’en avais vu.
  • Le 12 et 13, à Smolensk.
  • Le 14, à Toubna, à 2 lieues de Smolensk.
  • Le 15 et 16, à Krasnoé, grand houra. .
  • Le 17, à Piadoui, dans la forêt.
  • Le 18, à Doubrowna avec un colonel de lanciers, du pain pris des Juifs à force d’argent.
  • Le 19, à Orcha.
  • Le 20 et 21, à Kokhanowo, rien.
  • Le 22, dans le bois où la 2e division de cuirassiers. Grand houra.
  • Le 23, à Toloczin, rien.
  • Le 24, à Bobr, forêt.
  • Le 25, à Nalscha, près d’une chapelle dans la forêt.
  • Le 26, à Nemonitza, nous avons trouvé à force de bras (car la terre était extrêmement gelée), quelques carottes dans la terre.
  • Le 27, à Weselowo, près la Bérézina.
  • Le 28, à Zembin. C’est le 28 que nous avons passé la Bérézina. C’est dans cet rivière où il a péris beaucoup de misérables qui se sont jetés dans la glace pour se sauver de l’ennemi.
  • Le 29, à Kamen.
  • Le 30, à Zowichino où nous avons trouvé le commencement des pommes de terre.
  • Le 1er décembre, à Hia.
  • Le 2, à Molodetschino, plus de misère.
  • Le 3, à Markovo, chez les Juifs, pain, vin, etc.
  • Le 4, à Smorgoni.
  • Le 5, à Joupronoul, où le fils de M. le major Dubin est mort.
  • Le 6, arrivé à Vilna, ayant fait 16 lieue[s].C’est le 5 et 6 décembre où il a fait les plus grands froids et où il a perri le plus de monde; il y avait 28 degrés de froid. (Un charnier de grognards a été retrouvé dans la banlieue nord de Vilnius, les fouilles, menées par le CNRS, ont permis de mettre au jour la présence de très jeunes adolescents et bien sûr de femmes parmi les soldats).
  • Et le 7, 8 et 9 inclus, Villena.
  • Le 10, à Evé, petit village dans les bois.
  • Le 11, à Zismovi.
  • Le 12, à Kowno. Ici finissent nos peines.

minard_russie

Aquarelle anonyme, Musée de l'armée, Paris.